RESERVER VOTRE HEBERGEMENT

AccueilActualités & OffresActualitésIls ont écrit la légende

Ils ont écrit la légende

05/02/2020

Ils ont écrit la légende

Leur histoire, leurs exploits sportifs, d’hier et d’aujourd’hui, font d’eux des légendes du ski. Nous vous conduisons sur les traces de Louis Lachenal, Guy Périllat, Edgar Grospiron et Tessa Worley. Quatre époques, quatre histoires, quatre légendes et un même territoire.


 
EDGAR GROSPIRON - FAIT SKIER LES BOSS

Premier champion olympique de ski de bosses en 1992, il possède également l’un des plus beaux palmarès du ski français. Depuis quelques années, Edgar Grospiron met son expérience de sportif de haut niveau au service de l’entreprise et des jeunes espoirs du sport français. À 50 ans, il nous confie ce qui le fait désormais vibrer.

  • Son rêve de gosse : Devenir le meilleur skieur du monde.
  • Son palmarès : Il a remporté toutes les plus belles compétitions du monde.
  • Son sacré : Sa médaille olympique en ski de bosses aux Jeux olympiques d’Albertville en 1992, en France. Il est aussi triple champion du monde, quadruple vainqueur de la Coupe du monde au général et a remporté 28 victoires d’épreuves en Coupe du monde.
  • Ses adieux : « Le boss des bosses », comme on l’appelait à l’époque, a mis un terme à sa carrière après avoir gagné le Championnat du monde de La Clusaz en 1995.
  • Sa reconversion : Il donne des conférences dans des entreprises et raconte ses exploits, mais aussi les coulisses de sa victoire, dans le but de motiver les salariés.
  • Sa devise : « Quoi que tu fasses, fais-le bien », comme lui répétaient ses parents.
  • Sa performance : Voici comment il la définit. « C’est une quête personnelle qui consiste à arriver avec un minimum d’effort à un maximum de résultat. On remplace la difficulté par le plaisir. La performance s’atteint avec le temps. »
  • Son soutien auprès des jeunes : Depuis 2017, Edgar Grospiron soutient des jeunes espoirs du sport français à travers son association « En piste » dans le but de les aider à accéder au haut niveau.
  • Son parrainage : Edgar Grospiron fait partie des ambassadeurs de La Clusaz. Il parraine le nouveau Business Club La Clusaz et fera entre autres skier les chefs d’entreprises.
  • Sa vie entre Annecy et La Clusaz : « J’ai la chance incroyable de vivre entre le lac et les montagnes. Annecy est un fabuleux terrain de jeu toute l’année où tout est prétexte à faire du sport. À La Clusaz, vous me verrez souvent skier en famille, pratiquer le VTT à assistance électrique sur les pistes enneigées ou Au Coeur du Village en fin de journée car je trouve qu’il y règne une magnifique ambiance de montagne. »
  • Ce qui le fait vibrer aujourd'hui : Sa famille avant tout et le sport qu’il pratique régulièrement. Devenu accro au vélo à assistance électrique, il s’amuse également en faisant du surf, du kitesurf et du foil.
  • Son prochain défi : « Parcourir 500 km dans la journée, en vélo à assistance électrique. » Peut-être aurez-vous l’occasion de le croiser pendant votre séjour !
 

GUY PERILLAT - LA LEGENDE DES SIXTIES

C’était l’une des plus grandes vedettes de l’épopée glorieuse du ski français dans les années 60. Originaire de La Clusaz, Guy Périllat a pris sa retraite à Chamonix où il vit toujours et où il s’adonne à son autre passion : le golf.

  • Son village : La Clusaz où il est né en 1940.
  • Ses débuts : Très doué en ski de descente, il se fait repérer à tout juste 13 ans. Sa carrière débutera véritablement en 1958 lors des Championnats du monde en Autriche.
  • Son palmarès : À seulement 20 ans, il remporte la médaille de bronze lors de la descente aux Jeux olympiques de Squaw Valley, en 1960. Sa plus belle épreuve restera celle de Lauberhorn à Wengen, en 1961. Cette année-là, il gagnera toutes les épreuves de descente. Il décrochera par ailleurs deux titres de champion du monde en 1960 et 1966.
  • Ses Jeux Olympiques : En plus de sa médaille de bronze en 1960, il remporte la médaille d’argent de descente à Grenoble en 1968 où il est devancé de 8 centièmes de seconde par Jean-Claude Killy.
  • Insolite : En 1961, au sommet de sa gloire, il enregistre un disque qui ne fut pas vraiment un succès.
  • Sa légion d'honneur : Reçue des mains du Général de Gaulle, en 1966. Il fait partie des premiers sportifs de haut niveau à recevoir ce titre honorifique de chevalier.
  • Sa fin de carrière : Sa carrière sportive se termine en 1969.
  • Sa reconversion : Passionné d’alpinisme, il souhaite devenir guide après sa carrière de compétiteur. Victime d’un grave accident, il préféra renoncer à cette idée.
  • Sa vie à Chamonix : Après trente ans de ski et dix ans à la direction d’un magasin de sport, il prend sa retraite à Chamonix d’où est originaire son épouse.
  • Sa seconde passion : Le Golf. Un sport dans lequel il excelle toujours avec le même engagement que lorsqu’il était skieur.
LOUIS LACHENAL - DU BICLOPE A L'ANNAPURNA

Alpiniste emblématique
de l’après-guerre
, grimpeur hors norme et membre de la prestigieuse Compagnie des guides de Chamonix, Louis Lachenal fut le compagnon de cordée d’une autre légende de la montagne : Lionel Terray.

  • Ses origines : Né en 1921, à Annecy.
  • Son plus bel exploit : La conquête du premier 8000 mètres, l’Annapurna en Himalaya, le 3 juin 1950 avec Maurice Herzog, qui reste aujourd’hui encore dans la mémoire collective des Français. Redescendu avec les mains et les pieds gelés, soutenus par le reste de l’équipe, dans des conditions épouvantables, Louis Lachenal fut amputé d’une partie de ses pieds. Cela ne l’empêcha pas de reprendre des activités sportives engagées comme le ski et la conduite automobile.
  • Ses débuts : Sur la paroi rocheuse nommée Biclope par les grimpeurs locaux, au bord du lac d’Annecy, bien visible depuis l’Impérial Palace.
  • Ses métiers : Guide de haute montagne, instructeur d’alpinisme, moniteur de ski, entraîneur des équipes de France de ski, conférencier.
  • Ses ascensions : Grimpeur passionné, Louis Lachenal a escaladé un grand nombre de voies de très hautes difficultés en des temps records pour l’époque. Il a notamment gravi l’éperon des Droites, les Grandes Jorasses et l’Eiger avec une audace hors du commun.
  • Ses mémoires : Carnets du vertige, recueil à succès de ses notes mis en forme par Gérard Herzog et édité après sa mort accidentelle dans la vallée Blanche en 1955.
 
TESSA WORLEY -  LA GRANDE SKIEUSE DU GRAND BO

Double championne du monde de géant, Tessa Worley comptabilise treize victoires en Coupe du monde. Cette jeune femme de seulement 30 ans fait partie de l’élite du ski au niveau mondial.
  • Ses origines : Née en 1989 à Annemasse (Haute-Savoie) d’un père Australien et d’une mère Française.
  • Ses spécialités : Le slalom géant et le super géant.
  • Son statut : Sergent au 27e bataillon de chasseurs alpins.
  • Ses débuts en ski : Au Grand-Bornand et en Nouvelle-Zélande où sa famille possède une maison secondaire.
  • Son club : Le Grand-Bornand. « C’est une station unique aussi bien sportive que familiale avec une ambiance super. Ses habitants sont tous passionnés de ski et j’ai la chance de vivre de grands moments avec eux. »
  • Ses objectifs pour 2020 : « Retrouver la santé, avoir un genou en pleine forme et être à 100 % de mes capacités », nous confie-telle.
  • Sa plus grande fierté : Avoir remporté le Globe de cristal en 2017.
  • Sa devise : « Je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends. »
  • Ses plus grandes qualités : La détermination et la volonté.
  • Son rêve : « Je suis en train de le réaliser. Skier au plus haut niveau et faire partie des meilleurs du monde. »
  • Son rêve d'enfant : « Faire du ski le plus souvent et le plus longtemps possible. Avec mon caractère de compétitrice s’est ajoutée la volonté d’être la meilleure. »
  • Sa reconversion : « Je ne me projette pas car je suis impliquée à 100 % dans mon ski pour le moment. Par la suite, j’aimerais créer et transmettre mon expérience. »